Des fourmis… pour entretenir les populations de perdrix grises

Comme vous l’avez peut être vu dans notre article Tout savoir sur la perdrix grise, cet oiseau se nourrit essentiellement de céréales mais les insectes ont une place importante dans leur alimentation et dans leur développement.

Un constat alarmant…

En moins de vingt ans, le monde a perdu 40% d’insectes. En France, 30% des oiseaux de plaine en moins et la perdrix grise n’est pas épargnée puisque le nombre de couples de perdrix à été divisé par deux en vingt ans… 

Le chasseur est-il responsable de tout cela ?? Bien sûr que non ! Il peut même être une solution !!

>> Les chasseurs ont toujours veillé à entretenir la faune et la flore pour que le gibier puisse se développer durablement. En favorisant le gibier, nous favorisons tout un écosystème : en piégeant les prédateurs on protège l’ensemble des oiseaux ; et en piégeant les espèces invasives, on favorise le développement des espèces indigènes.

Une solution originale :

Encore la preuve que les chasseurs œuvrent pour la préservation de l’environnement : des associations de chasseurs tentent de réimplanter les fourmis dans les champs pour favoriser le développement naturel des perdrix grises.

Le concept est simple : au début de sa croissance, la perdrix grise se nourrit d’insectes. Mais comme les produits chimiques ont progressivement détruit les populations d’insectes, il est souvent difficile pour les jeunes poussins de trouver la nourriture idéale pendant leurs premières semaines.

D’anciennes études sur les poussins de perdrix montrent que ces derniers se nourrissent habituellement d’une large variété d’insectes et majoritairement de fourmis ! L’idée est partie de là : en développant des colonies de fourmis, les poussins se développeront plus facilement et plus durablement. Le concept est attractif pour les couples de perdrix grises puisqu’il les incite à faire leur nid à côté de la fourmilière. Cela pourra donc avoir un impact direct sur le taux de reproduction des perdrix grises.

La création d’une bande préservée :

Pour que cette stratégie soit efficace sur le long terme, il y a quelques règles à respecter. Premièrement il faut aménager une bande dans laquelle la perdrix grise trouvera tout ce dont elle a besoin pour se développer. C’est ici qu’on y implante les fourmis. Cette bande est une zone dans laquelle on ne déverse aucun produit chimique et encore moins un insecticide puisqu’on cherche à y développer des colonies de fourmis. En revanche, un agrainoir et un abreuvoir y sont les bienvenus. Cette bande peut aussi accueillir des buissons ou autres abris pour que les perdrix grises puissent se protéger des busards.

Implantation des zones dans les champs

Le but est de développer un écosystème dans lequel les couples et / ou les compagnies de perdrix grises trouveront tout ce dont elles ont besoin pour se nourrir, s’abreuver, se protéger des prédateurs et se reproduire.

Exemple de Zones de préservation

Voici le plan de d’aménagement d’une zone de préservation. Elle peut être aménagée comme vous le souhaitez, mais nous vous conseillons de placer la fourmilière côté sud et orientée vers le soleil.

Comment implanter une fourmilière ?

Pour avoir une colonies de fourmis, l’élément principal est la reine. Il faut donc réussir à attraper une reine lors d’un essaimage. L’essaimage a lieu tout au long de l’année, notamment en été, et pas en hiver. Puis il faut que la reine ponde et la colonie commence. Nous vous conseillons de suivre les conseils de “le guide du débutant en élevage de fourmis” pour créer votre élevage de fourmis.

Quand votre population est à maturité, vous pouvez utiliser un pot de confiture vide que vous remplissez de carrés de sucre. Faites des trous dans le couvercle afin que les fourmis puissent sortir et rentrer. Placer le pot dans un petit trou et le recouvrir d’un morceau de bois. Au départ, les fourmis auront de quoi se nourrir avec le sucre et il permettra de les garder sur place. Le bois leur servira de protection contre la pluie et d’isolant. 

Ce concept n’est pas une solution révolutionnaire qui permettra de restaurer les populations de perdrix grise en quelques mois. Mais mises bout à bout, ces idées et ces efforts peuvent avoir un réel impact si on veut préserver le petit gibier dans nos plaines.

Journal du chasseur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑