Pourquoi piéger le rat musqué ?

Le rat musqué (ondatra zibethicus) est une espèce de rongeur exogène, nous provenant tout droit d’Amérique du nord, et importé en France pour sa fourrure. À la suite de ces événements, le rat musqué s’est progressivement développé en France, et de nombreux dégâts sont occasionnés par ce rongeur. Les dégâts qu’il cause l’ont amené à se trouver dans la catégorie 1 des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts. 

Qui est-il ?

Cet animal est en quelque sorte une version réduite du ragondin. Le ragondin peut mesurer près d’un mètre et peser 10 kg, le rat musqué, quant à lui, peut mesurer jusqu’à 70 cm et peser 2 kg. Cette différence ne le rend pas moins destructeur.

Le rat musqué est très peu sociable, il vit principalement la nuit. Son nom lui vient de ses glandes sexuelles via lesquelles mâles et femelles sécrètent des odeurs musquées. 

On le retrouve généralement dans les marais, les rivières, les étangs, les digues, les berges ou tout autre cours d’eau. À noter que ce rongeur est aussi bien à l’aise sur terre que dans l’eau.

Pourquoi se débarrasser du rat musqué ?

Une reproduction rapide

Cette espèce susceptible d’occasionner des dégâts peut produire jusqu’à 3 portées par an, donnant à chaque fois une famille de 5 à 9 petits ! Par ailleurs, ces petits sont en mesure de procréer dès l’âge de 5 mois, rendant ainsi le développement de cette espèce très rapide. Tout comme le ragondin, le rat musqué n’a pas de prédateurs naturels en France. Mis à part l’Homme, personne ne peut arrêter sa prolifération. 

Une activité destructrice

L’activité du rat musqué provoque l’érosion des berges ainsi que l’envasement des canaux. Cette espèce contribue donc à l’accroissement des risques d’inondations. Il creuse des terriers le long des rives, fragilisant ainsi le sol et accélérant la détérioration des berges.

Les dégâts que ce rongeur entraîne donc un bouleversement dans les écosystèmes où ils trouvent domicile.

Une alimentation riche en plante, mais pas que

Leur alimentation se constitue principalement de massettes, joncs, nénuphars et autres plantes de rivage. Mais si ceux-ci viennent à manquer, le rat musqué n’hésite pas à se rabattre sur les cultures de maïs, céréales, pommes de terre, colzas ou encore betteraves, impactant donc le travail des agriculteurs. 

Des maladies transmissibles

En plus des dégâts sur la nature, cette espèce est porteuse de maladie transmissible à l’homme, comme la leptospirose et la maladie de Lyme. Il en va donc également de la sécurité publique de piéger cet animal. 

Rappel sur le piégeage de cette espèce

De nombreux pièges existent pour le piégeage du rat musqué, un article leur a d’ailleurs été dédié  : comment piéger le rat musqué ?

Étant placé en catégorie 1, ce rongeur peut être chassé et piégé en tout lieu et toute l’année, sur l’ensemble du territoire métropolitain. 

Journal du chasseur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑