La cage Jardinet

En voilà un piège innovant, la cage Jardinet, appelé également cage Hénon. Ce fût la première entreprise à développer et commercialiser ce piège. Cette cage est une sorte de compromis entre la boîte à fauve et la boîte tombante. Simple, discret, efficace, c’est un piège polyvalent qui peut être placé dans de multiples endroits, et qui permet de capturer différents types d’animaux, comme les mustélidés, les renards, et même les oiseaux, comme les corneilles par exemple.  

Comment elle fonctionne ?

Ce piège est particulier, en effet, avec une seule entrée, il offre une grande ouverture à l’animal lorsque celui-ci se retrouve face à la cage Jardinet, ce qui aide à réduire le sentiment de méfiance. Sa taille compacte et sa légèreté lui permet d’être transporté aisément, pour lui permettre de la placer un peu partout. Notons qu’il existe différentes tailles de la cage Jardinet, le petit modèle et le grand modèle. Pas besoin d’être un piégeur expérimenté, ce piège est facile à tendre et n’est pas destiné qu’aux piégeurs agréés, et possède une sécurité de verrouillage en position fermée. De plus, la palette de déclenchement ne s’actionne que vers l’avant, ce qui évite toute fermeture si l’animal gratte à l’extérieur à l’arrière de piège. Une fois fermé, l’animal n’a aucune de chance de la rouvrir, grâce à un système ingénieux qui permet de bloquer l’ouverture.

Vous pouvez déjà voir un aperçu du fonctionnement de ce piège grâce à la vidéo ci-dessous.  

Fonctionnement de la cage Hénon

Les appâts 

Les appâts peuvent différer selon la saison à laquelle vous allez poser votre piège Jardinet, mais aussi l’animal que vous souhaitez capturer. Ainsi, vous pouvez utiliser :

  • Des petits bouts de viande
  • Un nid (qu’il soit vrai ou faux), garni d’oeufs
  • Des croquettes 
  • Des viscères de volaille ou de lapin
  • Des pommes ou des carottes pour les ragondins et rats musqués

Un des avantages de cette cage, c’est la possibilité d’ajouter un compartiment derrière le piège, pour y mettre un appelant vivant. Si vous utilisez cette technique, pensez à bien clôturer les deux côtés de la cage (avec des petits ballots ou des fagots de bois par exemple), l’animal n’aura alors pas d’autre choix que de rentrer dedans pour se rapprocher de l’appelant. Faites tout de même attention à ne pas nuire au déclenchement du piège.

Les techniques de pose 

Il faut que le piège soit posé bien à plat, il ne faut pas qu’il bouge lorsque l’animal posera sa patte à l’intérieur. Lorsque vous posez votre piège, prévoyez de prévoir un léger espace sur le côté de la détente pour permettre son dégagement. 

Pour la pose, éparpillez au préalable tout le fond de la cage, de paille, de foin, de gazon coupé… selon l’endroit où le piège sera disposé.

Vous pouvez poser votre piège :

  • En hauteur 
  • Dans une charpente 
  • Dans un tas de fumier, notamment pour les corvidés
  • Dans un plan d’eau, notamment pour les rats musqués et les ragondins
  • Dans les haies
  • Dans les greniers
  • Aux abords des hangars agricoles
  • Le long des cages de pré-lâchers pour perdrix ou pour faisan
  • Etc…

Journal du chasseur

Un commentaire sur “La cage Jardinet

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑